vendredi 29 avril

Au cœur du Haut Atlas

Une photo ratée de Fantasia au moment des tirs groupés  prise via mon GSM : une oeuvre d'art J’ai effectué dernièrement une virée inattendue au cœur de la région Tadla-Azilal. J’ai pu découvrir tour à tour Aïn Asserdoune, l’Aérodrome de Ouled Yaich à Beni Mellal, Taghbaloute à El Ksiba et les greniers d’Aoujgal à la province de Boutferda. Je me suis également rendu à Aghbala, au barrage Ahmed El Hansali, au site touristique de Tameda à Zaouiate Cheikh et à la kasbah Ismaïlia à Kasbat Tadla. J’ai passé la nuit au pied... [Lire la suite]
Posté par zainabi à 19:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

samedi 16 avril

Mr. Escargot

Le mardi, j’ai assisté au Mégarama à un spectacle animé par le talentueux humoriste Hassan El Fad. Je souligne au passage qu’on me dit très ressemblant à cet artiste. Le spectacle qu’il a donné a été organisé par Meditel à l’occasion du lancement de son pack Pro. L’hilarant Hassan a été globalement moyen. Il a joué son dernier show : «Ghlala» (Escargot). Mais pas seulement. Il a également glissé dans la peau de Tarik Ibn Zayad et avant cela, dans celle d’un gardien de voitures… Avec son sens de l’humour habituel, il a su -comme... [Lire la suite]
Posté par zainabi à 08:44 - Commentaires [12] - Permalien [#]
mercredi 13 avril

Une nouvelle génération de mendiants

A Casablanca, il fut un temps où les mendiants ne couraient pas massivement les rues. En ces temps-là, ceux qui osaient «chanter» pathétiquement leurs doléances, étaient visiblement miséreux. Leurs habits, leur handicap, leur mine de mort-vivant ou encore leur litanie servait à donner des preuves tangibles pour gagner la compassion des âmes charitables. En ces temps-là, la dignité avait encore un sens et parmi les mendiants, rares étaient ceux qui exerçaient ce non-métier par fourberie ou pour le plaisir. Mendier n’était pas encore... [Lire la suite]
Posté par zainabi à 22:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
mardi 12 avril

Le prix du patriotisme

Dans un monde où les limites territoriales ne sont plus ce qu’elles étaient, l’amour que l’on éprouve pour sa patrie doit rester profond, inconditionnel. Néanmoins, cet amour qui n’est plus aussi platonique comme il l’était autrefois, a besoin non seulement d’être transmis de génération en génération, mais aussi entretenu pour être préservé. Sinon, c’est le désamour qui prend le dessus. Et quand désamour il y a, c’est ce qui peut arriver de plus grave à un pays. N’est-ce pas à cause de ce désamour qu’aujourd’hui des Marocains vont... [Lire la suite]
Posté par zainabi à 17:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
lundi 11 avril

Un aller simple

D’abord je m’excuse pour mon silence qui s’est, cette fois encore, un peu prolongé. J’ai mes raisons. J’ai consacré beaucoup de temps à la maîtrise de SPIP. Il s’agit d’un outil libre de dynamisation et de conception de sites web. Premier résultat : interviews.ma . Je serai heureux de lire vos commentaires quant à l’idée de la création de ce site, le premier du genre au Maroc à être exclusivement et entièrement aux interviews. U passage, j’ai aussi lu un roman-en livre de poche- désopilant que je vous conseille vivement. Ce n’est pas... [Lire la suite]
Posté par zainabi à 21:45 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
vendredi 01 avril

Poisson d'avril

Depuis près de 500 ans, le 1er avril donne lieu en France et dans quelques autres pays à d'aimables farces. Cette tradition semble remonter au roi Charles IX. Avant lui, en France, l'année calendaire commençait le 25 mars et, de ce jour jusqu'au 1er avril, les Français avaient coutume de se faire des cadeaux pour célébrer le passage à l'année nouvelle. Par l'édit de Roussillon du 9 août 1564, le roi décida de reporter le début de l'année au 1er janvier, sans doute pour s'aligner sur les pays voisins. Cette décision fut généralisée à... [Lire la suite]
Posté par zainabi à 07:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]